Auto-formation,  Spotlight

CONCEPTION DE PROJET DANS SPOTLIGHT : LES OUTILS MAGIQUES

Aujourd’hui, nous allons nous focaliser sur les différentes méthodes permettant de concevoir notre projet de construction dans Spotlight. Pour y parvenir,  plusieurs approches sont envisageables. Vous pouvez opter pour le travail en 2D, manipuler votre environnement en 3D (Objets et symboles), ou encore utiliser les Outils paramétriques.

La 2D : l’ère de la Voiture Sale !

L’avantage du travail en 2D est que son workflow reste simple puisqu’il repose sur les principes de base de tout logiciel CAO : la représentation en projection. En clair, on trace des traits et des polygones pour représenter des objets ou environnements dans différentes vues, principalement la vue Plan, et accessoirement la vue de face ou de côté. Cela ne demande pas de maîtrise particulière en dessin, et la lecture des documents produits est conventionnelle. L’inconvénient majeur de cette méthode est que les objets n’ont que deux dimensions. Cela signifie qu’il faudra à chaque fois les redessiner  pour les représenter dans les différentes vues. Ce qui au final est très chronophage, surtout quand les projets gagnent en complexité.

La 3D (basique) … à la sauce américaine

Le principe est de poser des objets ou des symboles 3D sur notre dessin pour constituer notre projet. Ici, il suffit d’orienter la vue pour avoir la projection désirée de l’environnement. Il nous reste encore à apporter des informations diverses sur le plan, mais globalement on a une reproduction fidèle de la réalité. Sauf que…

Ces objets n’ont pas de fonctions ou caractéristiques particulières. Pour le logiciel de CAO, cela reste des Objets 3D ou des symboles, et n’offrent pas une grande interaction à l’utilisateur dans la production des documents finaux. On reste dans l’interprétation des données puisqu’il faut rentrer toutes les informations à la main, et tout refaire à la moindre modification du plan. 

Les Outils paramétriques (Spotlight, c’est la vie !)

Ici, nous disposons d’outils pour poser des symboles… paramétriques ! À la différence des symboles du paragraphe précédent, les objets produits avec ces outils ont des fonctions, et sont reconnus comme telles par le logiciel. Par exemple, le Projecteur Mac Aura utilise le symbole Mac Aura pour représenter sa géométrie, certes, mais Spotlight sait que c’est un projecteur. D’ailleurs, on peut le diriger, l’allumer, contrôler son faisceau, et surtout manipuler ses données informatives avec une très grande souplesse. C’est ce qui fait la force de Spotlight.

Utilisation des Outils

Intéressons-nous à la trousse d’outils de Spotlight. Activez la visibilité de la trousse via le menu Ecran / Palettes / Outils Supplémentaires. Cette trousse propose plusieurs outils regroupés en catégories, accessibles grâce aux icônes en bas de la fenêtre. Dans l’image sont affichés les outils contenus dans la catégorie projecteurs, mais on remarque l’icône rigging, et l’icône Conception d’espace, qui sont les 3 catégories spécifiques à Spotlight.

Chaque outil possède ses propres modes d’insertion et boites de préférence, mais globalement le processus d’utilisation reste le même pour tous les outils. Astuce : aidez-vous avec le petit sticker d’info, qui vous renseignera sur l’outil en question si votre curseur reste quelques secondes dessus.

Dans notre exemple, nous allons placer un projecteur sur le dessin. Sélectionnez l’outil Projecteur. Le curseur change de forme pour indiquer qu’il est prêt à placer un projecteur au prochain clic sur le calque de dessin. Avant cela, nous commençons par regarder la barre de mode pour choisir le projecteur que l’on souhaite placer.

La boîte de sélection la plus à gauche vous invite à choisir le symbole du projecteur en question dans la bibliothèque. La deuxième boîte permet le choix du mode DMX, l’icône suivante active la numérotation automatique, et l’icône de préférence ouvre la boîte permettant de choisir les champs sur lesquels la numérotation va s’appliquer. Astuce : servez-vous des indications situées à droite de la boîte de préférence.

Cliquez dans la boîte de sélection de projecteurs et choisissez un projecteur dans la liste fournie par la bibliothèque. Le curseur prend la forme fantôme du projecteur. Il ne reste qu’à le placer sur le dessin. Un clic pour le poser et le deuxième clic pour confirmer son orientation.

L’info Objet va nous donner de nombreuses indications sur notre projecteur si celui-ci est sélectionné.

Un double clic sur le projecteur ouvre sa boîte de propriétés. Constatez la multitude de paramètres accessibles.

Pour faire une comparaison avec un symbole, ouvrez le Gestionnaire de ressources avec la commande de menu Ecran / Palettes / Gestionnaire de ressources, et sélectionnez le symbole qui correspond au projecteur que vous avez placé (Robin Méga Pointe dans mon exemple). Faites glisser ensuite le symbole sur le dessin et comparez les deux objets dans l’info Objet.

Il est important de noter que tous les paramètres visibles dans l’Info Objet sont exploitables en tant que fonctionnalités, comme le Focus ou la photométrie, mais aussi comme données d’informations à manipuler grâce aux tableaux, ou à insérer directement dans le dessin en tant qu’étiquette. Et je ne vous parle pas de la mise à jour automatique de toutes les données du plan en cas de modifications !

J’espère vous avoir convaincu d’utiliser les outils plutôt que des symboles lors de vos prochaines conceptions !

@ Bientôt pour un prochain billet

Adam

Ci-dessous quelques liens utiles :

Atelier Academique Novelty = tous les outils Spotlight en vidéo et en français (merci à eux de nous avoir permis de diffuser ces liens)

Les cours de Vectorworks academy = en anglais

Getting Started with Vectorworks Spotlight = série de tutoriels vidéo en anglais

Vectorworks Spotlight Tutorials = série de tutoriels vidéo en anglais