Architecture,  Info

UN TRÈS GRAND PROJET BIM MADE IN GERMANY

Hello à tous ! En ce dimanche ensoleillé du mois de juillet 2020, si vous nous lisez, vous faites partie de nos plus fidèles lecteurs ! Pour encourager ceux qui travaillent encore… nous souhaitons vous inspirer à travers d’un exemple d’usage BIM d’envergure : honneur à nos voisins allemands !

KBNK, agence d’architecture réputée siégeant à Hambourg, nous raconte ici son histoire avec le BIM et Vectorworks : ses débuts avec ce processus de travail et comment il a révolutionné sa manière de concevoir un projet.

KBNK Architects

Le complexe résidentiel SonninPark à Hamburg-St. Georg, en Allemagne, voit actuellement se construire 24 nouvelles maisons et 750 appartements locatifs, dont la moitié sont conçus par KBNK Architects, basés à Hambourg, pour le client Aug. Prien.

Les unités d’habitation SonninPark occupent une superficie de 17 000 mètres carrés avec un espace rempli de sentiers, de parcs et de nature. Les piétons peuvent accéder au parc par deux entrées principales qui estompent la barrière entre la ville et la nature. Chaque unité d’habitation comporte neuf étages et comprend un parking souterrain.

Pour KBNK et Aug. Prien, le projet marque leurs rencontres avec les flux de travail BIM.

Dans cet environnement changeant, ceux qui ne s’adaptent pas aux nouvelles méthodes auront des difficultés à réaliser des projets comportant des enjeux actuels.

FRANK BIRWE, DIRECTEUR GÉNÉRAL

BIM pour la phase de planification

KBNK Architects a commencé à planifier le SonninPark dès 2014 – l’agence est responsable de 12 bâtiments abritant 340 appartements d’une superficie brute de 30 100 mètres carrés.

KBNK a dessiné les premiers bâtiments en 2D – mais Aug. Prien a fait appel à la 3D et à une méthode de planification BIM, souhaitant construire un projet pilote d’implémentation BIM avec une entreprise en qui ils avaient confiance : c’était l’occasion parfaite pour KBNK, bien qu’ils n’avaient pas d’expérience avec le BIM.

« Nous devions essayer de travailler ensemble avec cette nouvelle méthode, ou bien conserver l’ancienne sans avoir l’occasion d’acquérir des connaissances », déclare Eduard Lepp, architecte responsable des projets BIM chez KBNK.

BIM model courtesy of KBNK Architects
Modèle BIM – KBNK Architects


Au début, Lepp explique que KBNK avait beaucoup à apprendre : ils ont réalisé la phase de test dans Vectorworks, tout en se familiarisant avec les capacités du logiciel. Grâce à cela, Lepp a élaboré un plan pour optimiser l’utilisation du BIM.

KBNK a ensuite achevé le fichier de projet du client pour le SonninPark. Dans ce fichier, ils ont pu commencer le processus BIM. Lepp affirme que KBNK « a donné le rythme » aux échanges de modèles avec les partenaires.

L’Open BIM avec Vectorworks

L’Open BIM implique un échange ouvert d’informations et de modèles avec les parties prenantes du projet. Pour le projet SonninPark, KBNK a géré le processus d’échange en invitant les partenaires du projet à partager leurs modèles en utilisant l’IFC version 2×3.

« Nous avons utilisé les vues enregistrées dans Vectorworks pour partager nos modèles », déclare Lepp, « ce qui nous a permis de sauvegarder la visibilité des couches et des classes de construction et de les nommer en cas de besoin. De cette manière, nous avons assuré une représentation cohérente et une qualité constante à l’exportation. »

Avec les maquettes numériques de tous les partenaires du projet, Lepp explique que l’étape suivante consistait à :

  • Charger chaque modèle dans un fichier vide pour une première inspection du contenu
  • Référencer le fichier dans le fichier BIM principal pour vérifier visuellement les collisions
  • Discuter les écarts
  • Les consigner et distribuer à l’équipe sous forme de fichiers BCF

Parce que l’IFC est un langage universel pour l’échange BIM, KBNK a pu utiliser des objets et des données standard, et ainsi éviter des tests d’échange fastidieux avec des psets personnalisés. Ils ont utilisé Solibri pour examiner la maquette du bâtiment et garantir l’absence de collision.

Le BIM a le potentiel de faire de tous les acteurs de la construction des partenaires, incorporant ainsi plus de connaissances dans la planification globale.

FRANK BIRWE, DIRECTEUR GÉNÉRAL
Le BIM… Pas seulement pour les architectes !

Pour les architectes, le BIM s’avère être un véritable avantage concurrentiel pour remporter de nouveaux contrats.

« Dans cet environnement changeant, ceux qui ne s’adaptent pas aux nouvelles méthodes auront des difficultés à réaliser des projets comportant des enjeux actuels », explique Frank Birwe, directeur général de KBNK. « Nous nous appuyons sur le BIM car nous savons que nous devons nous positionner maintenant, de sorte qu’en cinq ou dix ans, nous serons en avance au lieu d’être à la traîne. »

KBNK Architects: Underground car park
Parking souterrain – KBNK Architects

Les architectes de KBNK conviennent que le BIM est l’un des développements les plus importants, sinon le développement le plus important, pour les années à venir de l’architecture. « Le BIM a le potentiel d’impliquer beaucoup de monde dans la conception, incorporant ainsi plus de connaissances dans la planification globale », déclare Birwe. « C’est pourquoi KBNK Architects a décidé d’utiliser le BIM dans le SonninPark. »

Le BIM est donc un avantage considérable pour les architectes. Mais les avantages pour les clients sont potentiellement plus substantiels : si l’on considère que la construction d’un bâtiment ne représente que 20% du coût total de la construction alors que les coûts sassociés à sa vie ultérieure représentent 80%, un modèle d’information numérique vivant devient rapidement une évidence.

Bon dimanche à tous, bonnes vacances pour les plus chanceux !!

Louise & Maria