Architecture,  Auto-formation

FONDAMENTAUX BIM (I) : CALQUES, NIVEAUX ET ÉTAGES

Aujourd’hui nous démarrons les “Fondamentaux BIM”, série d’articles dédiés aux architectes qui souhaitent mettre en place la maquette numérique d’un bâtiment (“Building Information Model”) avec Vectorworks. Pour démarrer nous aborderons les trois éléments d’organisation qui permettent de gérer le placement des objets 3D en élévation : les calques, les niveaux et les étages. Accrochez-vous, il faut rester concentrés !

Vue d’ensemble

Niveaux, calques et étages garantissent qu’une maquette BIM représente fidèlement la façon dont un bâtiment sera construit. Ces trois éléments rendent les modifications de la maquette et les exportations dans les formats d’échange 3D rapides et efficaces.

Dans Vectorworks, les objets sont dessinés sur les calques, chaque calque peut (ou pas) être associé à un étage. Pour chaque étage seront définis des niveaux. Il s’agit de repères permettant un contrôle automatisé des hauteurs, notamment des objets paramétrique, tel les murs et les dalles, et mieux encore de chacune de composantes de ceux-ci. Le nombre de niveaux, de calques et d’étages est pratiquement illimité et variera d’un projet à l’autre.

Les étages

Il faut comprendre les étages comme des « conteneurs » de calques et de niveaux. Les étages n’ont pas d’expression physique ou tangible : lorsque vous dessinez un objet il est placé dans un calque, et si le calque est associé à un étage, alors l’objet appartient à l’étage en question. Notez que dans votre fichier tout calque n’est pas forcément associé à un étage. Vous pouvez décider de créer des calques qui ne contiennent pas des volumes constitutifs de la maquette numérique ou des calques ou vous déposez des dessins en 2D. Quant aux niveaux, il s’agit de repères qui sont définis étage par étage.

En règle générale, les étages dans la maquette sont configurés pour coïncider avec les étages du bâtiment. Le rez-de-chaussée est souvent défini à l’élévation 0 et peut ainsi être considéré comme le zéro du projet (les hauteurs d’étages supérieurs sont positives et celles des niveaux inférieures négatives). La limite entre deux étages est arbitraire, pour la matérialiser, on la fait souvent coïncider avec le dessous ou le dessus de la dalle.

Regardons l’image ci-après. On y voit l’organisation d’un fichier qui contient 6 étages. A droite vous pouvez voir que pour l’étage R+2 quatre niveaux de référence ont été définis. La petite icône représentant une pile de papier indique qu’un calque de dessin est associé à un niveau de référence (par exemple, ça veut dire que la hauteur du calque « R+2 murs » est celle du niveau de référence « Cote sol fini »).

Les réglages de l’étage ne peuvent pas être copiés et collés dans un autre fichier. Cependant, vous pouvez créer un fichier modèle (fichier .sta) avec une configuration des étages et des niveaux préréglés (.sta).

Dans Vectorworks, les étages correspondent à la classe ifc IfcBuildingStorey. Si votre maquette doit être exportée au format ifc ou fait l’object des échanges import/export Revit nous conseillons fortément d’utiliser les étages.

Les calques

Les calques sont l’espace de travail où les dessins et maquettes sont réalisés. Mais, maintenant qu’il y a des Étages quelle sera leur altitude ?

  • Si dans votre fichier vous ne travaillez pas avec des Étages, la hauteur sera réglée lors de l’édition du calque par une valeur numérique. Comme auparavant.
  • Si vous travaillez avec des Étages et que le calque est associé à un Étage, vous pourrez lier l’altitude du calque à celle de l’Étage, à travers d’une valeur numérique ou à l’aide d’un des niveaux de références de l’Étage. Par exemple, la hauteur du calque peut se situer à plus X cm de la hauteur de l’Étage OU à la hauteur du niveau de référence « Sol fini ».

Dans le deuxième cas, vous pourrez maîtriser les hauteurs de vos styles de murs et des plancher et de leurs composantes avec une approche plus efficace.

Vous pouvez aussi avoir des calques dissociés des étages, un exemple intéressant serait celui où se placerait la grille de référence des colonnes d’un projet, elle apparaîtra dans plus d’une vue de plan d’un bâtiment multi étages.

Les niveaux de référence

Les niveaux de références définissent un plan horizontal dans l’espace permettant de contraindre ou de lier le haut et le bas de certains éléments à ce niveau. Par exemple, la hauteur d’un mur peut être réglée en l’associant à une valeur numérique fixe ou à un niveau de référence. L’utilisation du niveau de référence en tant que limite permet d’utiliser des repères conceptuels propres au projet.

Si dans chaque étage on crée un niveau de référence “nu de dalle”, au moment de la création d’un style de mur ou de dalle, le niveau haut des dalles et le niveau bas des murs peuvent être réglés par l’altitude du niveau de référence « nu de dalle » (plutôt que par une valeur numérique). Lorsque vous devez modifier des altitudes ou des hauteurs, la modification du niveau de référence est répercutée sur tous les murs et dalles y étant associés de façon automatique.

Nous vous raconterons la suite bientôt dans le prochain article de la série !

@bientôt

Louise et Maria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.